Que signifie le DAB ?

Le DAB est un pas de danse devenu un phénomène en très peu de temps.

Le DAB est une danse apparue aux États-Unis à Atlanta au début des années 2010. Jusqu’à restée locale, cette danse s’est propagée lorsque les stars du rap ont commencé à en reprendre le mouvement le plus célèbre.

  • Le DAB popularisé en France grâce au football

En effet, si le DAB peut être considéré comme une danse à part entière, elle est surtout connue pour son mouvement le plus célèbre qui consiste à cacher brièvement sa tête en la penchant dans le creux de son coude, le bras opposé étant tendu à 45° vers le haut.

le dab

Crédit : Gokudabbing

Bien qu’à présent célèbre, il est impossible d’attribuer la paternité du DAB à un artiste en particulier. Le phénomène, initialement cantonné à Atlanta, a pris très vite de l’ampleur. La danse s’est popularisée grâce aux artistes de plus en plus célèbres qui l’ont reprise.

Les sportifs américains ont emboité le pas en célébrant leur exploit avec un DAB. D’abord dans les stades de football américain puis sur les parquets de basket-ball. Mais en Europe, ce pas de danse s’est popularisé au travers du sport roi sur le continent, à savoir le football.

Et le plus célèbre ambassadeur de cette danse est sans doute Paul Pogba. Le milieu de l’équipe de Manchester United et de l’équipe de France a pris l’habitude de célébrer ses buts avec ce pas de danse.

Le DAB trouverait son inspiration à travers les consommateurs de cannabis. En effet, aux États-Unis le dabbing est une façon de consommer cette drogue. Elle rend les adeptes dans un état second qui les empêchent d’avoir des mouvements coordonnés, et notamment de marcher. Le DAB serait une danse imitant les drogués une fois leurs doses absorbées.

Elle doit également sa popularité à la simplicité des mouvements. Il n’est en effet pas besoin d’être un expert pour savoir réaliser les bons gestes. Alors, quand vous verra-t-on danser le DAB ?

Que signifie Brexit ?

Le Brexit au cœur de toutes les discussions le 23 juin 2016.

Un Brexit pourrait bien se décider fin juin avec éventuellement des conséquences importantes pour l’économie européenne. Pour comprendre de quoi il s’agit, revenons plus de quarante ans en arrière.

Rappelons tout d’abord que le Royaume-Uni a intégré la CEE (communauté économique européenne) en 1973. Hors deux ans plus tard seulement, était organisé un référendum pour déterminer si le pays devait en sortir. Les britanniques ont alors décidé, à une large majorité, le maintient de leur pays au sein de la CEE.

Ce 23 juin 2016, un nouveau référendum sera organisé et la même question sera posée aux habitants du Royaume-Uni. L’éventuelle sortie du pays de la CEE est ce qu’on appelle le « Brexit ». Ce mot est né de la réunion de « Britain » (Grande-Bretagne) et « Exit » (Sortie). Il désigne de manière raccourcie la sortie du Royaume-uni de l’union Européenne.

  • Un référendum sur le Brexit promis par Cameron dès 2013

David Cameron et le brexit

David Cameron Crédit : Valsts kanceleja

Le mot « Brexit » est construit de la même façon que le mot « Grexit », qui lui signifiait la sortie de la Grèce de la zone Euro. Alors qu’un Grexit a semble-t-il été évité, un Brexit est on ne peut plus d’actualité. Les britanniques décideront de leur sort lors d’un référendum qui aura lieu ce 23 juin 2016.

Ce référendum était une promesse de David Cameron lors de la campagne électorale de 2013 qui a vu sa réélection. Alors que l’issue a été nette en 1973, rien n’est joué autour d’un éventuel Brexit en 2016. En effet, les sondages n’arrivent pas à donner une tendance et les résultats seront sans doute très serrés.

Les débats s’intensifient entre les partisans et les opposants au Brexit. Les partisans sont emmenés par Nigel Farage, le leader du parti populiste UKIP, alors que les opposants sont représentés par le premier ministre David Cameron. L’immigration est un thème majeur autour du Brexit, le premier ministre étant en difficulté alors que l’immigration n’a cessé d’augmenter durant son mandat, alors que Nigel Farage, son adversaire populiste, est parfois vu comme raciste, ce qui l’éloigne de l’électorat modéré.

[Mise à jour du 24 juin] Les résultats du référendum du 23 juin ont été en faveur du Brexit à 51.9%, ce qui veut dire une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

Que veut dire COP 21 ?

Que signifie COP 21 et pourquoi allez-vous l’entendre de plus en plus alors que la fin de l’année approche ?

Il existe un terme qui sera entendu et prononcé très fréquemment dans les prochains jours. Il s’agit de COP 21. Ce terme est en référence à la conférence sur le changement climatique qui se tiendra à Paris en Novembre et Décembre de cette année.

Une réunion annuelle, durant laquelle il est prévu cette année d’aboutir à un accord majeur. Cet accord portera sur un plan d’action afin de sauver la planète contre les conséquences désastreuses de la hausse des températures moyennes.

Le terme «COP» signifie « Conference of Parties » (Conférence des Parties). Le mot «Parties» est une référence aux 196 signataires de la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique. Cette convention cadre est entrée en vigueur en 1994. Soit deux ans après que son texte ait été finalisé au « Sommet de la Terre » de Rio de Janeiro au Brésil.

Chaque année depuis 1994, les «parties» se sont rencontrés dans différents lieux en fin d’année. Ceci dans le but de trouver un accord mondial visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Les gaz à effet de serre constitue en effet la principale raison pour laquelle les températures moyennes mondiales ont augmenté.

  • La réunion de Paris sera la vingt-et-unième de cette série, d’où le nom de COP21.

Paris accueille la COP 21 - COP21

Paris accueille la COP 21
Crédit : Didier Duforest

C’est lors de la COP 3, à Kyoto, au Japon, qu’a été établi le « Protocole de Kyoto ». Celui-ci a imposé à l’ensemble des pays riches et industrialisés de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre selon des quantités définies. Le Protocole de Kyoto, qui est entré en vigueur seulement en 2005, a été malmené par certains pays. Ce dernier se sont vu alors contraint de prendre des réductions d’émissions, après être sorti des limites imposées.

Bien que le protocole de Kyoto continue sur le papier pour le moment, les négociations en cours lors des COP portent sur un accord qui va exiger des actions de tous les pays. Pas seulement de ceux dits riches et industrialisés. Les actions attendues de la part des pays sont censés être en fonction de leurs capacités.

Une précédente tentative de forger un tel accord avait été initiée lors de la COP 15 de Copenhague au Danemark en 2009. Mais celle-ci avait échoué de façon spectaculaire. Après deux ans de nouvelles négociations, les pays ont décidé qu’un accord mondial sur le changement climatique doit être pris à la COP 21 à Paris en 2015.

Cependant, à l’approche de cette COP21, de profondes divergences persistent sur plusieurs questions, et la poursuite effrénée d’un compromis continue.